L'aluminium, responsable de la sclérose en plaques, de la maladie d'Alzheimer et de l'autisme? Comment s’en protéger ?

Partagez:

GÉNÉRAL SILICIUM

Ce week-end, le professeur Christopher Exley de l'Université de Keele au Royaume-Uni, spécialiste de la toxicité de l'aluminium, de renommée internationale, a offert deux conférences très intéressantes à Marseille, à l'occasion du Congrès International de Santé Naturelle organisé par l’IPSN. À cette occasion, il a exposé ses derniers travaux qui montrent sans aucun doute le besoin de se protéger de ce puissant agent toxique. Il a été le premier à pouvoir détecter la présence d'aluminium dans les tissus cérébraux intra et extracellulaires chez des patients atteints de la maladie d'Alzheimer, de la sclérose en plaques et pour la première fois également d’autisme. De plus, il découvre le processus par lequel l'aluminium de certains vaccins traverse la barrière hémato-encéphalique menant au cerveau. En résumé, après 35 ans de recherche, le Dr Exley constate une corrélation indéniable entre l’aluminium et le développement des maladies susmentionnées. Il a toujours montré sa grande préoccupation à ce sujet, car il s’agit d’un problème de santé publique que l’industrie de l’aluminium veut faire taire à tout prix. Enfin, pour rassurer l’assistance, il a toujours mentionné, lors de son discours, qu’il existait un moyen de se protéger, que lui-même utilise tous les jours, et ce grâce à l’absorption d’une molécule aux propriétés prodigieuses, l’acide orthosilicique, bien que dans certaines conditions et concentrations. En tant que représentants des laboratoires Silicium, nous avons pu en discuter longuement et fructueusement avec le professeur afin de pouvoir initier de nouvelles collaborations et recherches. À la fin de ses conférences, il a lancé un appel à l’aide aux sociétés publiques et privées afin de pouvoir poursuivre ses recherches, car curieusement, aucun organisme public ne lui a accordé de financement, dont il avait pu bénéficier jusqu’alors, sans doute à cause des pressions faites par l'industrie de l'aluminium.

 Pour le bien de notre santé, nous souhaitons que le professeur Exley puisse continuer à progresser dans ses recherches malgré les difficultés auxquelles il est confronté.